Le petit livre de la mort et de la vie

La collection des petits guides pour comprendre la vie

 

Les enfants, comme tous les êtres humains, s’interrogent sur les grandes étapes de la vie, de la naissance à la mort, qu’ils soient ou non confrontés à un deuil. Or, pour dénouer des sentiments d’angoisse ou de tristesse, rien ne remplace la parole et le dialogue. Avec des mots justes et sans se dérober devant des questions difficiles, ce petit guide veut apporter de l’espoir et expliquer que la mort fait partie de la vie et lui donne son sens. Les illustrations pleines de tact et d’humour aident autant que les mots à réfléchir et à comprendre.

Quand la vie tutoie la mort

Si mourir n’est pas facultatif, il y a peut-être bien des manières de s’y préparer pour que le passage se fasse en douceur au lieu de nous heurter avec violence. Basé sur le témoignage d’un homme qui avait décidé de regarder la mort en face, et de sa famille réunie autour de lui dans un accompagnement le plus serein possible, ce livre propose une réflexion sur la vie et sur la mort, en replaçant cette dernière dans le courant naturel de la vie et en découvrant qu’au fond… on peut la vivre. Il invite aussi à découvrir la nouveauté qu’apportent les soins palliatifs, avec un regard sur l’homme qui place enfin le malade au centre des soins, et la chance que nous offre la loi Léonetti, en nous donnant les moyens de prendre davantage notre vie en mai. Ce livre en tous cas bouscule bien des idées reçues et devait tout simplement aider chacun à apprivoiser l’idée de sa propre mort, à l’envisager comme un achèvement et non comme une destruction.

 

A l’annonce du cancer incurable de son mari, Sylvie Garoche s’est retrouvée, comme cela arrive à bien des gens, confrontés au départ de celui qui lui était le plus proche. Si elle ne nie pas l’épreuve, ni la souffrance, elle nous invite à porter sur les évènements de la vie un regard foncièrement positif et chargé d’espérance.

Reste auprès de moi, mon frère

Perdre un ami cher laisse dans une détresse d’autant plus grande que notre société ne prévoit pas de rite pour aider celui qui ne fait pas partie du cercle familial à faire son deuil. C’est à l’accompagnement d’un être, parfois plus proche du disparu que ne l’était l’un des parent, que cet ouvrage entend contribuer. Sous la forme d’un dialogue, l’auteur aborde les thèmes de la relation avec l’ami mourant, du type de deuil particulier à vivre face au décès d’un ami, de l’amitié qui peut perdurer au-delà de la mort, de la manière de placer au cœur de cette épreuve Celui qui pleura amèrement Lazare. Empruntant à la poésie, à l’expérience du médecin et du prêtre qu’est l’auteur, cet ouvrage est précieux pour qui vit ou a vécu la perte d’un ami.

 

Jean-Marie Gueullette a quarante-quatre ans. Il est docteur en théologie morale et en médecine. Il a publié plusieurs ouvrages aux Ed. du Cerf, dont le fameux « Laisse Dieu être Dieu en toi » (2002) et « L’Amitié, une épiphanie » (2003).

< Précédent | 1 | 2 | 3 | Suivant >
<<
>>
Annuaire des pompes funèbres